L’Auvergne (2)

mardi 27 octobre 2015
par  webmaster
popularité : 42%

 Séjour en Auvergne (2) 


 

Au programme, aujourd’hui, une particularité géologique : le lac Pavin et ses alentours. Notre excellent guide nous a fait apprécier la région de Besse ; le village, son histoire, la station de ski, l’organisation de son domaine. L’après-midi est consacré à l’industrie phare de l’Auvergne : le pneumatique Michelin à Clermont-Ferrand.


Le Lac PAVIN

Le lac Pavin est un lac d’origine volcanique situé dans les monts Dore dans le Massif central, près de la commune de Besse-et-Saint-Anastaise communément appelée Besse-en-Chandesse dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne.
Il est d’origine très récente contrairement au massif des Monts Dore. Il semble qu’il se soit formé après la période d’activité volcanique qui a créé la chaîne des Puys, soit il y a environ 6 900 ans, ce qui en fait le plus jeune édifice volcanique de France métropolitaine. Il n’est pas lié à la Chaîne des Puys. Situé à une altitude de 1 197 mètres, l’explosion qui l’a formé fut très violente (phréato-magmatisme : rencontre d’une nappe phréatique et d’une montée de lave) : des traces de cet événement ont été retrouvées jusque dans les sédiments du lac Léman et dans d’autres lacs suisses, et le volume de l’éruption est estimé à 75 millions de m3.
De forme presque parfaitement circulaire avec un diamètre de 700 à 800 mètres et une superficie de 44 hectares, il a une profondeur de 92 mètres, ce qui en fait le plus profond d’Auvergne1 (soit un volume d’environ 13 millions de m3 d’eau), visité par environ 200 000 personnes par an. La rivière Couze Pavin qui passe a 300 mètres du lac n’est que partiellement alimentée par ce dernier.
Par temps clair, le ciel bleu se reflétant dans l’eau, sa couleur est presque bleu-nuit. Par contre, par temps d’orage, ses eaux profondes apparaissent très sombres, ce qui lui a sans doute valu son nom de Pavin (du latin pavens, épouvantable).
Les eaux oxygénées du lac Pavin abritent du zooplancton et des poissons notamment l’omble chevalier évoluant en eau profonde (30 à 70 mètres). Les eaux profondes ont une densité de plus de 10 millions de bactéries par ml d’eau (densité dix fois supérieure à celle des lacs standards), notamment des archées méthanogènes (c’est-à-dire productrices de méthane), ainsi que d’autres espèces consommatrices de ce même gaz, certaines Archées parviendraient à oxyder une partie du méthane qu’elles produisent pour le consommer.

 

BESSE

C’est la seule porte bâtie dans le rempart qui est encore intacte.

Le Beffroi est un bel exemple d’architecture militaire, de différentes époques, avec sa barbacane à chicane qui ralentissait la progression des assaillants.

Cette tour, symbole de la liberté communale, rythmait le temps de la vie civile (travail, incendie…) alors que le clocher de l’église ponctuait celui de la vie religieuse (cérémonies).

 

L’aventure MICHELIN

Décrire « l’aventure Michelin » en quelque pages serait ambitieux et illusoire, tant l’histoire de ces deux frères est fertile d’imagination, d’innovation, de créativité dans cette nouvelle technologie de l’époque.

 

L’aventure Michelin.

L’aventure Michelin est un parcours scénographique dans lequel se succèdent des espaces aux ambiances et contenus différents.

Dans cette mise en scène, on découvre l’histoire, l’actualité et l’avenir de Michelin : du premier pneu démontable à la future roue lunaire, sans oublier les cartes, les guides ainsi que l’omniprésent « Bibendum ».

Ici, sont retracés (bien modestement) les débuts de cette aventure.

Le plus gros pneu du monde : caractéristiques :

C’est un tour de force technologique destiné aux camions géants de 600 tonnes.
Chacun des 6 pneus du camion supporte 100 tonnes.
59-80 R 63 XDR
Diamètre : 4,03 m
Largeur : 1,50m
Poids : 5300 kg
Lieux de production : Etats-Unis et Espagne.

 

Bréguet XIV

Le Bréguet XIV équipe l’armée française jusqu’en 1931. Il est propulsé par un moteur Renault 300CV. Pour les militaires, il représente « l’avion de la victoire ». Pour les civils, c’est le symbole de l’aventure aéro-postale.

Caractéristiques :

Envergure : 16 m.
Longueur : 9 m.
Hauteur : 3,30 m.
Poids : 1140 kg.
Autonomie : 4h30.

 

La mobilité en 1890

L’animal et la vapeur


À la fin du XiXème siècle, seule la traction animale (cheval, bœuf, âne, chien,…) permet les déplacements individuels. Le chemin de fer à vapeur relie les villes entre elles en un réseau dense.

Le fer sur la pierre


Les roues des véhicules sont cerclées de fer pour résister au mauvais état des routes aux pierres des chaussées et aux clous perdus par les fers des attelages, qui jonchent le sol. Les voyages par la route sont longs, pénibles et inconfortables.

Le temps des inventions

Le développement industriel entraîne une explosion d’innovations célébrées dans les expositions universelles. Les automobiles à vapeur puis à pétrole apparaissent. Les bicycles et tricycles à traction humaine deviennent populaires . Pour tous ces véhicules, le caoutchouc qui gaine les roues assure un meilleur confort.

L’invention du pneumatique


Le caoutchouc, un matériau idéal :

Souple et élastique, le caoutchouc transmet mal les vibrations et les chocs. Il est donc le parfait candidat au remplacement des bansages de roues en bois ou en acier, solides, mais rigides .

Rouler sur de l’air :

Le pneu plein d’air amorti les secousses et augmente la surface de contact. La roue s’enfonce moins dans les sols meubles, le pneu se déforme et atténue les cahots, l’air sous pression absorbe les irrégularités des chemins.

Une nouvelle ère


Le pneumatique (du grec pneuma, air) révolutionne le contact entre le véhicule et la route. D’intuitive, la technique va se raffiner au fil des ans et donner naissance à une technologie, une industrie florissante, et à de nombreuses connaissances théoriques.

 

L’Eclair - La "Jamais Contente"

L’Eclair, construite en 1895 par les frères Michelin, est la première voiture sur pneumatiques au monde. Elle est constituée d’un châssis Peugeot et d’un moteur Dalmier de bateau. Elle participe ; la même année, à la course Paris-Bordeaux-Paris et prouve qu’on peut rouler « sur de l’air ». Sa direction est difficile à maîtriser et elle roule en zigzag, ce qui lui vaut ce surnom d’Eclair.
La réplique de l’Eclair, habituellement présentée dans cet espace, est actuellement en « tournée » aux Etats Unis. Elle participe au plus grand rassemblement de voitures anciennes au monde à Monterey, en Californie, pour célébrer les 120 ans de présence de Michelin en compétition. Elle sera également exposée à San Fransisco, New York et Chicago. Quelle belle aventure pour ce véhicule emblématique de l’innovation chez Michelin !

Le cap des 100km/h


En 1899, la « Jamais contente » équipée de pneumatiques Michelin de 55 cm de diamètre, propulsée par deux moteurs électriques de 25 kW et pilotée par le Belge Camille Jenatzy, son créateur, atteint 105,882 km/h.
Contre les idées reçues
Cette automobile électrique montée sur un châssis de fiacre et dotée d’une carrosserie en partinium mesure 3,80 m de long, pèse 1450 kg, freine grâce à l’inversion de la polarité de ses moteurs et bat en brèche les idées reçues : on pensait que le corps humain ne pouvait supporter une vitesse supérieure à 70 km/h.


Toujours plus


Dans le contexte très compétitif de la course aux records, l’exploit de la « Jamais contente » sera vite dépassé, mais il marque le positionnement de la Manufacture dans le monde de l’innovation et sa place dans celui de la course automobile.

 


 

Pour se déplacer dans notre voyage

Arrivée par la

ville de THIERS

Besse

Lac Pavin

l’Aventure MICHELIN

Visite d’une ferme

Fontaines Pétrifiantes

Puy de Sancy

La Toinette

Puy de Dôme

VULCANIA

Retour par la

ville du Puy