Séjour dans le Jura (Suite...)

lundi 28 octobre 2013
par  webmaster
popularité : 55%

 Les Aînés Ruraux dans le Jura (2) 


 

Pour voir : 

  • Première journée : voir
  • Deuxième journée : ici...
  • Troisième journée : voir
  • Quatrième journée : voir
  • Cinquième journée : voir

Visite en Suisse de la centrale hydro électrique des CLEES.

Construite en 1955, l’usine hydro-électrique a été construite sur le cours de l’ORBE. La société « Romande Energie » propose une visite passionnante et pleine de surprises. La salle des machines de la Centrale des Clées est entièrement souterraine à l’exception du poste de contrôle. On y accède au moyen d’un funiculaire qui parcourt un tunnel de 330 mètres en quelques minutes seulement. Une fois arrivé, on découvre comment l’électricité est produite : de l’arrivée de l’eau par une conduite forcée, en passant par l’activation des turbines, jusqu’à la salle de sortie d’eau.

Réserve naturelle depuis 1970, les gorges entre Vallorbe et Orbe comptent des biotopes de grande valeur. En parcourant les nombreux sentiers qui les longent, on peut croiser par exemple des martins-pêcheurs, des castors et même parfois des chamois. On peut aussi admirer des végétaux rares comme la langue de cerf, des orchidées ou même des plantes carnivores !

Le saviez-vous :

· Quand les trois turbines tournent en même temps, c’est comme si l’on vidait 100 baignoires chaque seconde dans le canal.

· En une seconde, cette centrale produit assez d’électricité pour éclairer une pièce pendant 54 heures.

 

 

 

 

 

 

 



Visite du musée de la boissellerie à Bois d’Amont

Au début du XXème siècle, le village de Bois d’Amont situé dans une vallée étroite, creusée par une rivière (l’Orbe) est entouré de deux immenses forêts principalement peuplées d’épicéas : le Noirmont et le Risoux . A l’époque, l’hiver durait 8 mois de l’année, ce qui laissait beaucoup de temps libre aux agriculteurs. Ces hivers rudes permettaient aux épicéas d’avoir une croissance lente, ce qui les rendait plus résistants. Ce bois d’excellente qualité et le besoin des paysans de compléter leurs revenus les amenèrent à développer l’activité de boissellier.

En langage du pays, le boisseau était un seau en bois. De là, l’activité de boissellier prit naissance et évolua en fonction des besoins : boîtes à cirage, à pharmacie, à chapeaux et à fromages…

C’est ainsi qu’on peut découvrir dans ce musée l’ancien matériel nécessaire à d’anciens savoir-faire que ses « gardiens » tiennent à transmettre de générations en générations. On y voit les méthodes de bûcheronnage, de débardage, de sciage … et du matériel : une liodze, un passe-partout, une scie de long...

On y découvre comment on fendait le bois pour faire des tavaillons : ces petites planchettes couvrant les façades exposées aux intempéries pour les protéger pendant environ 100 ans !...

Dans l’atelier des boisselliers, on peut voir le matériel utilisé ainsi que toutes des étapes de la fabrication des boîtes à cirage, à pharmacie, à chapeaux et surtout celle à fromages par la suite.

Plus loin, on peut voir une maquette qui simule l’utilisation de l’eau de l’Orbe pour faire fonctionner diverses machines dans les usines qui bordaient cette rivière. En attendant l’arrivée de l’électricité en 1906, cette source d’énergie était vitale pour un fonctionnement quotidien des machines. On peut voir une scie à plusieurs lames actionnée par un système bielle-manivelle, entraîné par la turbine sous la chambre à eau.

Pour finir, le grenier du musée abrite les premiers skis de fond français fabriqués à Bois d’Amont . En effet grâce aux lugeons qui poussaient dans les forêts pentues, on obtenait la spatule du ski utile pour ne pas s’enfoncer dans la neige.


Visite du Fort des Rousses.

Au cœur d’un fort militaire remarquablement aménagé, les caves d’affinage des comtés : l’un des plus grands fromages de la Franche-Comté.

Sur l’ordre de Napoléon, le fort a été construit à partir de 1840 et ce jusqu’an 1870. 1500 ouvriers ont travaillé sur le site. Ce fort présente plus de 50 000 m2 de salles voûtées et des kilomètres de galeries. Cette forteresse géante est installée sur plus de 21 ha. Elle pouvait accueillir 2 500 hommes et 2 000 chevaux.

C’est au cœur de cette forteresse, indestructible, que 75000 comtés s’affinent dans une température constante et une hygrométrie adéquate.

 

 

 


MultiViewer nécessite JavaScript et le lecteur Flash.